Chute de trafic SEO lors des refontes : Une fatalité ?

3 exemples de chutes de trafic rencontrés ces dernières semaines.

Refonte 1 : C’était prévisible

Le premier site est un vrai gâchis. J’en ai déjà parlé ici. Un mois après la mise en ligne du nouveau site, le résultat n’est vraiment pas fameux.

chute visibilité SEO
Des performances SEO en forte chute

Après la refonte, j’ai échangé avec l’équipe avec laquelle je suis resté en bon terme. Un peu dépité mais il fallait sortir le site pour des raisons impératives (mise en conformité). Il sera temps plus tard de retravailler le contenu. Ils sont d’ailleurs à la recherche d’un stagiaire pour faire le job. Bon courage pour remonter : mauvaise base technique, peu de connaissances en interne, pas le temps et pas vraiment envie.

Refonte 2 : Comme d’habitude

Une refonte sur un site institutionnel c’est souvent un chantier long et pénible. Pour l’avoir pratiqué avec différents OT, il faut se battre pour faire appliquer les préconisations SEO. Il y a toujours d’autres enjeux et il faut faire du coude pour espérer mettre en prod quelques ajustements surtout lorsqu’ils sont visibles et/ou demande du temps de dev. Et comme la culture de la performance est difficile est faire passer lorsque les performances n’ont pas un impact direct sur le quotidien de l’équipe, à quoi bon ?

perte de trafic Google
Une chute moins marquée mais bien visible quand même

Résultat, un site web léché et séduisant mais qui passe complètement à côté des standards actuels et qui n’appuie pas sur le levier SEO.

N’ayant pas plus d’informations sur cette refonte, je ne sais pas ce qui s’est passé : arbitrage de budget, mauvais conseils, pas envie de booster le SEO, agence pour laquelle le ref nat n’est pas un point fort…certainement un peu de tout ça. Mais ce qui est certain, c’est qu’à la veille de la saison touristique, je n’aurai pas osé.

Refonte 3 : On parle de quel site déjà ?

baisse trafic SEO
Le trafic s’érode après la nouvelle version

On termine avec la plus belle chute ! Une équipe débordée, une techno de pointe mais pas vraiment SEO-friendly, des compromis très impactants malgré une agence de dev qui veut bien faire, plusieurs mois de retard, une facture qui gonfle et une livraison bâclée parce qu’il y a des impératifs de calendrier.

À souligner quand même que le SEO est vraiment annexe pour l’activité et que la perte de SEO a déjà été absorbée par le succès d’autres leviers de ce chantier. Après la refonte, les ressources sont déjà mobilisées sur d’autres projets et le dossier est refermé. Faut-il se battre pour ce type de projet ?

Une refonte garantie sans perte de SEO

J’ai travaillé une fois il y a au moins 10 ans avec une agence SEO qui garantissait que son accompagnement SEO lors des refontes ne feraient pas perdre de trafic en provenance de Google.

L’approche est séduisante mais dans le cas ou j’étais impliqué (côté client), la prestation a tourné court. L’agence SEO refusait de mettre en ligne le site tant que tous les voyants n’étaient pas au vert de leur côté. Normal étant donné qu’ils s’étaient engagé sur une refonte sans perte de trafic.

Sauf que ça ne plaisait pas au client ni à l’agence de dev qui avaient l’impression de ne plus pouvoir avancer comme ils le souhaitaient. L’agence SEO a été remerciée, la refonte a été livrée dans la foulée et… naturellement le trafic a plongé.

Ces pénibles référenceurs qui empêchent de bosser

Sans être aussi extrême, c’est très régulièrement que les préconisations SEO vont à l’encontre de ce que veut toutes les autres parties prenantes :

  • Toujours plus de visuel, toujours moins de texte ;
  • Des textes inspirants plutôt que du contenu riche en mots clés ;
  • Et puis, il faut du contenu unique, de qualité et en quantités importantes alors que personne n’a le temps ni l’envie de s’y coller.

Je comprends évidemment que ce soit pénible et décourageant mais si on ne veut pas faire de SEO, il ne faut pas en demander ! Au final, il faut batailler serré pour faire espérer faire passer ses préconisations.

Il ne faut pas oublier non plus que ce qui est urgent et important vu de notre petit bout de la lorgnette n’est pas important pour le N+1 qui doit gérer 4 ou 5 interlocuteur qui pensent tous que leurs sujets sont les plus importants. Ce même N+1 a ses propres priorité, ses contraintes, son agenda, il doit trancher et rendre des comptes à son N+2. Alors, au final, les précos du gars un peu bizarre qui parle à Google, ça passe facilement à l’As…

Les coulisses des refontes réussies

Pour une belle refonte, il y a plusieurs possibilités :

  1. Avoir face à soi une équipe attentive qui s’est déjà pris 2-3 refontes violentes et qui veut chouchouter son SEO cette fois. Les entreprises qui ont un intérêt direct et lorsque les marges sont réduites (ecommerce notamment) sont plutôt de bonne volonté et on arrive à bien bosser dans ce contexte.
  2. Faire semblant. En installant les trackers de stat en double lors de la refonte. Vu plusieurs fois ! Mais j’aime à croire que c’était involontaire. Ça montre néanmoins que la culture de la data (et de la data juste et exploitable) est encore loin d’être répandue.
  3. Acheter de la visibilité. C’est le plus pratique et ça permet de contre-balancer la claque SEO lors de la refonte. L’idée c’est de faire un peu de tapage autour de la refonte. Social, bannière, achat de mots clés, relation presse… Pendant quelques mois, on matraque avec du trafic payant. Sur le fond ça peut même être très pertinent mais si on peut éviter de perdre le trafic SEO, c’est quand même mieux, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.