Croyances, performances, SEO et ecommerce

J’ai eu un charmant coup de téléphone d’un prospect ou je me suis fait raccroché au nez. Pourquoi ? Parce que, selon mon interlocuteur, je ne savais pas faire de SEO.

La personne que j’ai eu au téléphone est un ecommerçant indépendant qui n’arrive pas à rendre son site web visible. Amazon prend des parts de marché, les produits chinois cassent les prix et Google fait ressortir surtout ses liens Google Shopping et les gros sites.

performances
Regardez, j’ai raison, j’ai fait +400% de performances

Un ecommerçant déboussolé

Le but de son appel était de trouver, enfin, un consultant SEO compétent, pour réaliser les montées de version de Prestashop car son site s’est fait pirater. Oui, oui, il n’y a pas d’erreurs : c’était bien sa demande. La personne avait fait son analyse et avait trouvé le problème. Si son site était mal positionné c’était parce qu’on lui avait piraté son site pour lui voler son contenu et se positionner à sa place.

Le ecommerçant, plein de bonne volonté, s’était attelé à améliorer son site et avait déjà réalisé les actions suivantes :

  • Soumission de liens de désaveu sur la Search Console de Google contre les pages web qui volent ses images de produits ;
  • Plaintes à l’ICANN pour vol de contenus ;
  • Mise en place de plusieurs nouveaux sites.

En outre, la personne était déjà très satisfaite car ses actions avaient permis de faire +400% en quelques semaines alors que selon elle, c’était très rare. Désormais, elle coinçait.

Pour finir, ce ecommerçant mettait un point d’honneur à ne pas dépendre des GAFA et ne souhaitait pas faire de publicité.

La vérité ?

Au début, je n’ai rien compris. Puis en tirant les ficelles et en m’aidant de mes différents outils, j’ai pu débroussailler et enfin y voir clair.

  • Le site s’est effectivement fait piraté car il n’avait pas été mis à jour depuis plusieurs années. Les pirates ont mis des liens pour pousser leurs propres sites (hélas c’est assez banal).
  • Le contenu volé l’était par des robots qui aspirent les contenus des sites ecommerce pour créer des pages d’images produits. Contenu poubelle ayant au final peu d’impact. C’était ces pages web que le ecommerçant désavouait.
  • Le +400% est simplement lié à SEMRush qui a mis à jour sa base de mots clés audités. Certainement pas à un gain de performance.
  • Les sites du ecommerçant sont particulièrement pauvres, non optimisés et remplis de contenus copiés-collés aux fabricants.
  • Aucun tracker n’est en place sur le site (pas de Google Analytics), le ecommerçant utilise les stats interne de sa solution ecommerce. Sans tracking fiable, comment analyser et prendre les bonnes décisions ? Ici, c’était le flou complet.
  • La visibilité organique a baissé ces derniers mois à cause de :
    • la publicité qui prend plus de place et des résultats organiques qui deviennent moins visibles ;
    • de mises à jour chez Google ;
    • des places de marché et des concurrents qui sont entrés en force sur le marché visé avec de meilleurs arguments ;
  • Le site principal dispose d’un netlinking inexistant et composé uniquement de liens poubelle (annuaires automatiques).

Ce qu’il faudrait faire pour améliorer les performances

Bref, l’analyse est limpide : la (mauvaise) visibilité est méritée. Pour y remédier, pas le choix :

  1. Se faire épauler par un développeur/agence pour les aspects techniques. Se faire épauler par un spécialiste du webmarketing. Bien écouter les conseils et appliquer les bonnes pratiques.
  2. Avoir le bon produit, au bon prix avec le bon service associé.
  3. Acheter de la publicité pour avoir des résultats tout de suite. Les GAFA se dirigent tous vers l’achat de visibilité. Pas le choix.
  4. Investir dans le référencement naturel afin d’obtenir du trafic « gratuit » à moyen/long terme.

Il est facile de tirer les mauvaises conclusions. Surtout lorsqu’on a ni l’expertise, ni les outils ni les clés de compréhension. C’est pour cela que l’on fait appel à des spécialistes. Encore faut-il accepter de les écouter et de voir la réalité en face. Bref, je suis très pessimiste pour ce ecommerçant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *