Vendeur de sites web sur catalogue ?

Récemment j’ai perdu une affaire auprès d’un prospect avec lequel je travaillais dans un autre cadre. Nous étions dans une relation de confiance et le projet précédent correspondait à la demande formulée. Je pensais donc, un peu trop sûr de moi, que la vente était faite. Et bien non.

Le prospect m’avait dit qu’il souhaitait quelque chose de simple (site vitrine). Après un premier RDV de découverte qui se passe bien, je lui envoie un devis. Réponse négative quelques jours plus tard : il va travailler avec un autre prestataire. Pourquoi ce choix ? Il n’est ni technique (nous avons proposé une solution similaire), ni budgétaire. Le concurrent est venu en RDV de découverte avec plusieurs maquettes graphiques.

des sites web sur catalogue
Bientôt des sites web dans les catalogues Ikea ?

Je ne sais pas quoi penser de cette démarche courante mais décriée dans certaines métiers (le graphisme notamment) qui consiste à travailler gratuitement (maquettes de démo) avant que le projet soit vendu.

J’imagine aussi que le travail n’a pas pu être fouillé (avec réutilisation de modèles tout fait) et je sais aussi qu’aucune agence web réalisant du travail fouillé ne travaille comme ça.

Du vite fait ou du bien fait ?

En fait, cette façon de vendre me déplaît car elle répond mal au problème. J’ai a coeur d’apporter une réponse sur mesure à mes clients. Impossible pour moi de venir en RDV avec une solution déjà finalisée.

Mais je comprends aussi l’autre approche : un site pour se faire plaisir, un site pour épater, un site pour se débarrasser (tous les sites se valent alors autant prendre un joli modèle de site sur étagère)…

En s’arrêtant uniquement sur le visuel, hélas, le futur propriétaire de site web passe selon moi à côté de l’essentiel : l’utilité de son site.

Concurrence déloyale ou autre métier ?

Alors comment vendre le sur-mesure face a des vendeurs de modèles tout fait ? Faut-il le vendre d’ailleurs ? La vente de produits en catalogue me semble être un métier différent.

En même temps, si le client recherche un prix avant tout, pourquoi s’embêter ? Pourquoi laisser le projet aux concurrents ?

Le mot de la fin ?

J’ai la chance de pouvoir choisir les clients avec lesquels j’interviens. J’apprécie le contact, découvrir des projets, discuter avec mes interlocuteurs d’affaires.

Si mon métier devient « vendeur de sites sur catalogue », j’aurai l’impression de trahir ma façon de voir le métier. Je préfère alors perdre une affaire et laisser des prestataires spécialisés en « copié-collé » de sites web débouler à ma suite.

Photo : Moreshet

Une réflexion sur « Vendeur de sites web sur catalogue ? »

  1. Hélas, les prospects n’y connaissent pas grand chose dans notre domaine.
    Eux, ce qu’ils voient en premier, c’est qu’il faut que ça claque visuellement (ils n’ont que trop rarement l’idée de vérifier l’unicité du rendu). Ensuite, évidement le prix.
    La notion de référencement naturel par exemple et toutes les autres choses qui ne se voient pas … ça ne se fait pas tout seul.
    Nous ne sommes hélas pas aux USA où les entreprises locales ont quasiment toutes un prestataire SEO … y’a des moments où j’ai un peu l’impression que la France sort à peine du moyen-age (c’est juste dingue le retard au niveau de la prise de conscience de la puissance digitale par rapport au ROI et au coût du marketing « à l’ancienne »).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *