La bonne explication

Après 2 années d’intervention pour un client, ce dernier a décidé de changer de prestataire. Pendant cette période, un travail important a été mené sur la publicité sur le web (notamment Google Ads et Facebook Ads) en plus d’un accompagnement de fond sur les aspects SEO et web-analytics. À la clé, une très belle progression.

<mode= »jemelapète »>Les conseillers Google Adwords ont même qualifié les performances d’exceptionnelles</mode= »jemelapète »>

Bref, au bout de deux années, avec les contraintes imposées par le client, j’avais l’impression d’avoir fait le tour et que le potentiel de progression était désormais limité. D’autant plus que la concurrence est arrivée de façon importante au fil des mois sur la niche du client.

Changer de prestataire fait partie de la vie des agences et c’est même plutôt sain. Des idées neuves, une nouvelle vision, un nouveau discours… Je comprends que les clients veulent aller voir ailleurs.

La nouvelle agence a coupé les accès à la plupart des outils mais ils ont laissé l’accès au compte Google Adwords. Je suis donc allé jeté un oeil aux performances.

Saperlipopette, comment ont-ils fait ?

Le choc ! En regardant l’évolution des conversions (c’est un ecommerce) et le coût par conversion, je me pose franchement des questions. En l’espace de quelques semaines, ils ont fait x2 sur les conversions et ont réussi à diviser par 2 le coût d’une vente.

Je m’interroge. Qu’est-ce que j’ai loupé ? Quelles techniques utilisent-ils ? Je commence à regarder le travail réalisé (merci l’historique d’Adwords). Des campagnes ont été recréées mais je les trouve plutôt bof, les stratégies d’enchères ont été remises à plat (ces derniers mois le client voulait est toujours en première position – le nouveau prestataire a réussi à imposer une approche plus raisonnable et ROIste, c’est bien).

Je continue à fouiller. Ciblage géographique, ciblage par appareil, rien n’a trop bougé. Idem pour le travail sur les mots clés. Les mots clés à exclure sont repris à zéro, bizarre mais OK. Les textes des annonces et les extraits d’annonces sont similaires.

Je ne trouve pas. Serait-ce la saisonnalité ? Ou alors le budget ? Il y a bien une vraie différence sur les montants engagés mais on avait déjà poussé le budget à ses niveaux là il y a quelques mois…

Et si c’était la concurrence ? En faisant monter les enchères ou en ciblant les requêtes délaissées, serait-on sur une piste ? Non, toujours pas. 

Finalement, la révélation m’est apparue quelques jours plus tard. Cher lecteur(-trice), as-tu une idée ?

L’agence a changé les trackers et a ajouté une « conversion ». Auparavant, seulement les ventes remontaient dans Google Ads. Désormais, il y a aussi les mises en panier. Les chiffres correspondent pile-poil. Il n’y a pas eu plus de ventes. Les ratios sont les mêmes. Le coût/conversion est très proche.

Depuis Google Analytics, auquel je n’ai plus accès, la situation doit être beaucoup plus explicite. Si j’avais eu accès à ces rapports, j’aurai compris tout de suite que quelque chose clochait à ce niveau.

Néanmoins, et malgré mes multiples précautions et mes expériences précédentes, je me suis quand même fait berner. Pour un simple tracker. Je dis toujours à mes clients qu’il faut se méfier des statistiques et des chiffres que nous remontent les outils. Ce n’est pas parce qu’ils sont précis qu’ils sont justes. Et qu’il est très facile de faire confiance et de se faire avoir bêtement.

Ce qui me rassure dans toute cette histoire, c’est quand même :

  • Que j’ai trouvé l’explication ;
  • Que la nouvelle agence ne fait pas mieux.

À suivre dans les prochains mois, si j’ai toujours l’accès…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *