Un site trouvable sur internet, c’est cher ?

« Bonjour, je suis une TPE / PME et je souhaite créer un site web afin que mes clients me trouvent sur Internet. Combien ça coûte ? »

Demande récurrente, voici quelques clés de compréhension à l’intention des entrepreneurs de petites structures qui souhaitent avoir une présence en ligne.

Attention, cet article est volontairement simple et contient des approximations et ommissions qui pourront surprendre le lecteur familier du SEO. Merci de ne pas troller en commentaires, ce billet s’adresse à un lectorat novice à la recherche d’une primo-information.

Créer un site web statique ou dynamique ?

Il existe deux types de sites web :

  • Les sites web statiques, qui nécessitent une intervention du prestataire pour modifier une phrase, rajouter un numéro de téléphone ou encore ajouter une rubrique
  • Les sites web dynamiques, propulsés par un système de gestion de contenus (CMS) permettant au client d’agir sur l’intégralité de son contenu (ajout, modification, suppression de pages et menus) sans connaissances poussées en informatique (maîtriser le traitement de texte suffit).

La seconde solution est plus chère car elle est plus complexe à mettre en oeuvre. Par contre, c’est aussi une solution complètement évolutive, modulable et bénéficiant d’atouts pour le référencement.

Comment être visible sur Internet ?

Face aux millions de pages présentes sur le web, les outils de recherche classent de façon automatisée les sites web à partir de tout un tas de facteurs (200 chez Google avec une cinquantaine de variations chacun). Les moteurs de recherche sont donc des robots qui ne comprennent pas ce qu’ils lisent et qui utilisent des systèmes de classement algorithmiques – certes très complexes – mais pas très intelligent pour autant.

Ce qui est important de retenir est toutefois assez simple :

  • Un site web doit utiliser un panel étendu de techniques permettant d’améliorer la compréhension du contenu par les robots des moteurs de recherche : c’est ce que l’on appelle le référencement naturel (la plupart des agences web n’ont pas de compétences poussées en réf’nat)
  • Un site web doit être construit avec du contenu unique, pertinent et répondant à un besoin de la part des internautes. Ce besoin s’exprime à travers l’utilisation de mots clés saisis par les utilisateurs dans Google, Bing, Yahoo.
  • Les outils de recherche classent les sites par rapport au nombre, à la qualité et à l’évolution du nombre de liens pointant vers ces pages web. Les liens hypertextes sont considérés comme des coups de coeurs par les robots. C’est un indicateur facile à suivre et de façon très très simpliste, le site qui possède le plus de liens (le plus de coups de coeur) sera celui qui sera le plus visible dans les moteurs. L’idée pour améliorer sa visibilité est donc d’augmenter le nombre de liens pointant vers son site web.
  • Un site de 10 pages contient (au pifomètre) une cinquantaine de mots clés susceptibles de correspondre à la demande d’un internaute. Un site de 100 pages contient (toujours au pifomètre) 500 mots clés. À votre avis, quel site recevra le plus de visites de la part des moteurs de recherche ? Le concept de longue traîne s’adapte très bien aux sites web.
  • Certaines expressions très concurrentielles ne sont pas à votre portée (auto, crédit, immobilier…) et de gros acteurs présents depuis de nombreuses années et disposant de budgets plus importants que votre CA annuels verrouillent le marché.

Ce qui marche (mais reste dur à faire) pour être visible

  • Obtenir des liens de façon régulière et naturelle. La plupart des sites web n’ont pas une activité fun ou incroyable qui attire des liens de façon spontanée. Dur dur donc d’avoir des liens sans travailler. Le point positif est que la plupart de vos concurrents sont dans la même galère.
  • Créer soi-même des liens. Ça peut être long, rébarbatif, alors pourquoi ne pas le déléguer à un référenceur ?
  • Surpasser ses concurrents qui ont déjà de l’avance et attaquer des requêtes concurrentielles. Plus dur de lancer son site web aujourd’hui qu’hier mais plus facile que demain.
  • Publier régulièrement du contenu informatif de qualité

Ce qui est facile (mais n’est pas forcément rapide ou bon marché) à faire pour être visible

  • Avoir un site web bien construit et optimisé pour le référencement naturel
  • Se faire accompagner par un référenceur, se former aux bases du référencement et à la rédaction pour le web

Que celui qui a pensé stagiaire se fasse foudroyer sur place ! On ne délègue pas son référencement à un stagiaire, un malgache payé 10 fois moins cher ou au petit cousin : le risque de fausse bonne affaire est important et les sanctions des moteurs de recherche peuvent être dévastatrices (placement sur liste noire de votre nom de domaine et disparition pure et simple de votre présence en ligne)

Acheter sa visibilité auprès de Google directement ?

Et si malgré tout, ces solutions ne vous plaisent pas, il existe une façon bien plus simple pour être en tête de gondole des moteurs : Acheter de la pub !

Vache à lait de Google, l’achat de liens sponsorisés est l’alternative la plus rapide à mettre en place et fournissant des résultats immédiats. Vous définissez un budget pub, vous définissez des critères (mots clés visés, horaires de parution, zone géograpiques) et automatiquement, vos annonces apparaissent au sommet (et / ou à droite) des résultats de recherche.

Basé sur un système d’enchère, vous ne payez que pour les visiteurs qui cliquent et visitent votre site. Charge à vous de calculer ainsi le coût d’acquisition d’un client en fonction de ratios définis par vos soins (internautes/clients, internautes/inscriptions newsletter…). La contrepartie est imparable : vous êtes dépendant de l’achat de publicités pour être visible alors que vous auriez pu investir dans une prestation de référencement qui, une fois acquise, est pérenne.

Le web, encore un eldorado ?

Vous ne deviendrez pas riche et célèbre avec un site web à 500 euro dans le mois qui suit, c’est une évidence.

La concurrence est rude sur le web mais de très belles opportunités sont à prendre. Avoir un site web, l’entretenir et le rendre visible n’est pas aisée mais en étant bien accompagné il s’agit d’un fantastique levier. Il faut juste s’y être préparé et savoir que la patience et le travail (comme dans le monde réel) sont des facteurs déterminants.

6 réflexions au sujet de « Un site trouvable sur internet, c’est cher ? »

  1. Ah en voilà une bonne question!

    Il est vrai que certains clients n’arrive pas à réellement réaliser le travail qu’il y a développer sur Internet.

    Ton article permet de bien montrer les différentes manières d’avoir un début de visibilité sur le net.

    Il faut dire qu’une des choses qui fait le plus peur est le fait de devoir fournir du contenu unique et pertinent, mais je pense que si l’on est passionné par son travail cela devrait se faire assez facilement à condition de se prévoir un moment de libre dans son emploi du temps !

  2. L’incompréhension la plus fréquente que je rencontre est effectivement liée au manque de perception de la concurrence sur Google.

    Je pense que dans la plupart des cas, cette méconnaissance est due au fait que nombre d’entreprise qui veulent un site web le font encore parce tout le monde en a un, elle n’inscrivent pas leur site dans leur stratégie de com.

    Le site est souvent le parent pauvre de cette communication. On ne sait pas trop comment ça marche, alors on n’investit pas trop.

    Ensuite, tellement d’agences web présente le positionnement sur les moteurs de recherche comme une broutille facile à mettre en oeuvre. Les clients ont en effet du mal a réaliser que cela va nécessité énormément de travail, de leur part ou pour leur prestataire.

    Sinon, je trouve utile ton rappel du principe de mots-clés « inaccessibles ».
    Je fais parfois l’analogie avec le fait de mettre en place une équipe de formule 1. Même avec le plus gros budget de tous, l’équipe mettra quelques années avant de gagner des courses et encore plus avant de gagner uns saison.

  3. Tout est dit dans la conclusion: La patience et le travail (comme dans le monde réel) sont des facteurs déterminants.

    *N’oublions pas également l’ancienneté du nom de domaine.

  4. Attention, les noms de domaines en correspondance exacte du type mon-mot-cle.com n’ont plus le bénéfice de référencement qu’ils avaient auparavant. Google privilégiant désormais les marques, les noms génériques peuvent être vus sous certaines conditions comme du spam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *