Et pourquoi ne pas vendre une feuille de route SEO ?

Quel référenceur n’a pas jamais été confronté à un prospect ou un client qui posait beaucoup de questions ? Difficile de ne pas répondre, de ne pas expliquer nos choix, de ne pas vouloir partager nos connaissance. Difficile aussi de savoir s’arrêter. C’est un peu la fameuse pelote de lain : on commence à tirer sur un bout et on déroule toute la pelote.

roadmap SEO
Un plan de bataille établi dans le cadre d’une pré-mission

Sur le fond, donner de l’information, expliquer mes pratiques, mes expériences passées, la théorie qui sous-tend les recommandations préconisées et surtout faire monter le client en compétence ne me dérange pas du tout. Sauf quand :

  • Le client n’a pas de culture web suffisante. S’il faut expliquer ce qu’est un lien… je sais que l’ensemble va être douloureux. Si les fondamentaux ne sont pas là, aussi bien le client que moi perdons notre temps.
  • Le client ne peut pas / ne veut pas apprendre. Donner de l’information, c’est bien mais si le client ne capitalise pas ces informations, ne fais pas de parallèle avec son propre site web et repose toujours les mêmes questions, il y a un problème quelque part. Cette situation se produit lorsque le décisionnaire n’est, par exemple, pas le chef de projet.

Lorsque mon compteur de temps m’indique que je passe plus de temps à faire de l’info qu’à travailler sur des aspects techniques, je sais que le projet est mal engagé pour moi (et que mon taux horaire fond comme neige au soleil) et qu’il faut tout de suite recadrer. Mais c’est parfois difficile car le contrat est déjà signé, parce que le client apprécie de pouvoir questionner tout le temps, parce que…

La solution à ce problème ? Prévoir une mini prestation préalable à la vraie prestation.

La prestation Roadmap pour le SEO

Dans la veine de ce que propose Brennan Dunn, l’idée consiste à prévoir un temps fini, court, financièrement abordable (sans concession sur les prix pour autant) et dont la mission est clairement établie (fournir un cadre de travail et réaliser une mission de conseil) afin de :

  • se renifler mutuellement et de voir ce que donnerait une prestation plus longue ;
  • comprendre plus en détail le besoin réel au delà du besoin exprimé ;
  • rentrer dans le concret afin de voir comment réagit l’autre partie (est-il réactif ? pro ? intéressé ? impliqué ?) à nos sollicitations ;
  • juger les échanges et l’état d’esprit ;
  • prendre le temps de bien faire et ne plus faire d’audit gratuit ;
  • mettre en place un plan d’action et une feuille de route construite.

Pour l’avoir déjà appliquée sur plusieurs cas clients, je soumets désormais ce type de prestation à mes nouveaux projets et je trouve les retours très bons.

Qui a déjà essayé ? Quels sont vos retours d’expériences ?

Photo : Hans Põldoja

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *