Quelles questions poser à son référenceur ?

Vous souhaitez entamer une prestation de référencement. Comment choisir son prestataire ? Parmi toutes les prestations plus ou moins compréhensibles proposées et avec des fourchettes de prix importantes, il est difficile de trier le bon grain de l’ivraie. Voici quelques questions à poser aux prestataires en référencement afin de vous aider à faire le bon choix.

Quelles sont vos références ?

Rien de mieux que de vérifier en direct sur Google. Demander au référenceur ses références et quels mots clés étaient visés puis vérifier avec lui en les positions sur Google. Cela permet de mesurer la réalité de ses assertions et de demander des explications. S’il est incapable d’expliquer les résultats actuels (position par rapport à la concurrence, recherche universelle, résultats indentés etc), c’est un mauvais point.

Qu’allez vous faire ?

Aucune tactique utilisée en référencement n’est inexplicable. Si le référenceur connaît son métier, il saura vous expliquer simplement les différentes actions qui vont être entreprises. Sans avoir besoin d’entrer dans les détails les plus techniques, votre référenceur doit vous dire au moins deux choses :

  • il existe d’une part les actions à mener sur le site en lui même (optimisation de la structure, de l’arborescence, des liens entre les pages, de la lisibilité du contenu par les outils de recherche, travail sur le contenu)
  • et d’autre part les actions menées depuis des sites tiers afin d’obtenir des liens vers votre site web.

Dans tous les cas, toutes ces actions devront être faites en accord avec les règles édictées par les outils de recherche, l’intérêt de l’internaute et le bon sens.

Les livrables m’appartiendront-ils ?

Parfois, certains référenceurs récupèrent leurs liens en fin de prestations et s’en vont avec. Cela ne devrait pas arriver et tous les liens créés dans le cadre d’une opération de netlinking doivent vous appartenir. Les inscriptions et les comptes utilisateurs afférents aux divers site web supports utilisés doivent vous appartenir.

  • Première objection : les rapports fournis par le prestataire vous appartiennent (mais pas forcément l’outil logiciel utilisé).
  • Second objection : il arrive que le prestataire dispose d’un compte utilisateur très bien noté et possédant une forte exposition sur une plateforme sociale. Un lien créé depuis ce dernier sera certainement beaucoup plus intéressant qu’un nouveau compte créé spécialement pour vous. À voir au cas par cas.

Comment serai-je informé de l’avancement du référencement ?

Réunion mensuelle, point par téléphone, mise en copie de tous les emails échangés, utilisation de tableur en ligne ou espace membre depuis le site du prestataire référenceur, peu importe le système utilisé : vous devez être tenu au courant et être capable de récupérer l’historique au cas ou vous quittiez le prestataire.

Que devrai-je faire de mon côté ?

Question primordiale. Le travail a effectuer par le client est souvent négligé et peut entraîner des retards et frictions parce que la prestation n’avance pas assez vite. Si votre référenceur vous dit qu’il faudra lui accorder 2 heures par semaine ou écrire un nouveau texte par semaine sur votre site, ce ne sont pas des mots en l’air. Le référenceur sait référencer votre site et vous conseiller sur la manière de rédiger en prenant en compte les outils de recherche mais n’est certainement pas capable d’écrire un article invité, un communiqué de presse, publier des news sur votre site pour la simple raison qu’il ne maîtrise pas votre métier.

Que puis-je attendre comme résultat et comment mesurer la réussite de la prestation ?

Le référenceur saura vous indiquer quels résultats sont atteignables par rapport à votre budget, votre investissement, les mots clés visés et la concurrence. Il devra vous expliquer qu’en référencement les résultats peuvent être longs à apparaître et qu’il faut se fixer des objectifs réalistes mais précis. Dans tous les cas, les objectifs doivent être concrets.

Ensemble, vous devrez fixer des indicateurs de performance (KPIs) à suivre régulièrement. Les outils de webanalytics vous permettront de mesurer la performance par le biais de segments et de filtres avancés.

Quelles sont vos différences avec les autres prestataires SEO ?

Quelle est la vraie plus-value que le référenceur peut apporter par rapport à la concurrence ? Cela peut être sa proximité géographique, son portefeuille de clients similaires à votre activité, l’accompagnement sur mesure proposé, sa méthode de tarification (aux résultats par exemple)…

D’autres questions vous semblent pertinentes ? N’hésitez pas à répondre et alimenter la discussion en commentaires.

Une réflexion au sujet de « Quelles questions poser à son référenceur ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *