Que pensez-vous de ce site ? Ou comment se tromper de question

Nombre d'utilisateurs test selon J.Nielsen

En tant que professionnel du web, je suis souvent amené à répondre à des personnes me demandant ce que je pense de leur site internet. Et je les déçois lorsque je dis que mon avis au final compte peu.

Je peux apporter un jugement technique et précis mais ce sont les réactions des internautes cibles (ceux qui vont venir sur votre site pour acheter, prendre rdv…) qui importent.

Des avis très différents

La plupart du temps, lorsqu’un client demande un avis sur un site web, c’est une opinion argumentée sur les aspects graphiques qui est attendue. Or, les goûts et les couleurs varient énormément d’un individu à l’autre et chacun apporte son opinion avec plus ou moins de bonheur.

Au final, si 10 personnes dans une pièce discutent de la beauté d’un site web, il est certain que personne ne sera d’accord. C’est pour ces raisons qu’il est déconseillé de demander son avis à trop de monde lorsque l’on travaille sur un site web ou une refonte graphique.

Expérience : test de site web

Lance Loveday, expert webmarketing, a mené l’expérience suivante : Montrer à un panel test d’utilisateurs deux ou plusieurs pages web pendant moins d’une demi seconde et leur demander quel site était leur préféré. Reprenant ce test avec une population de professionnels de l’internet, il a été demandé de choisir de choisir avec quel site commencer une relation d’affaires.

Dans les deux groupes de testeurs, chacun a pu exprimer ses remarques sur les sites web proposés mais pas une seule personne n’a dit avoir trop peu de temps pour se faire une opinion.

M. Loveday a ainsi extrait plusieurs caractéristiques importantes concernant l’internaute lambda.

  • La première impression est fondamentale et influence très lourdement la suite de la navigation
  • L’être humain n’est pas une créature rationnelle (on le savait déjà, mais la démonstration est flagrante)
  • Il faut admettre que les réactions devant un site web ne soient pas réfléchies

Bonnes pratiques : créer un site web pour l’inconscient de l’internaute

Qu’en tirer concrètement ? Il faut essayer d’améliorer la première impression afin que les internautes arrivant sur notre site web commencent leur visite sur un apriori positif. Pour cela il faut mettre en place un protocole de test.

Encore faut-il que le jeu en vaillent la chandelle ? La plupart du temps, d’après Lance Loveday, les sites web testés atteignent de mauvais scores, la marge de progression est importante et les effets bénéfiques méritent le temps et l’énergie passée à mettre en place le test.

Tester son site web

Très simplement, prenez un groupe d’une dizaine de personnes. Selon Jakob Nielsen, grand gourou de l’utilisabilité et des bonnes pratiques en design sur le web, un panel petit panel de testeurs permet de pointer du doigt la majorité des défauts d’une site web. Partons donc avec nos dix « cobayes ».

  • Préparer un écran dans un pièce neutre et accompagner le testeur.
  • Une fois devant le moniteur, faire défiler très rapidement les deux sites web (en les montrant une seule fois chacun).
  • Demander à la personne quel site elle préfère et le noter.
  • Recueillir les avis complémentaires.
  • Passer au testeur suivant.

Une fois le test terminé, mettre en oeuvre les éventuels correctifs pour améliorer son site web.

Graphique : d’après J.Nielsen
Sources : Search Engine Land

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *