Petit budget web, quelles priorités ?

Avec moins de 1000 euros à mettre dans un site web, comment prioriser et affecter au mieux son budget ?

Penser long terme

Internet est souvent vendu comme une solution facile et peu onéreuse pour communiquer. Et même si le ticket d’entrée peut être faible pour être présent, la réussite elle, ne sourit qu’à ceux qui ont vraiment investis (du temps, de l’argent…).

Les sirènes du gratuit ne sont probablement pas les bonnes réponses et les contraintes engendrées par ce type de solution est souvent une fausse économie sur le long terme. L’idéal est ici de bâtir des fondations solides qui permettront plus tard de vraiment travailler sur le web. En attendant, on construit sur des bases solides et saines.

Les mauvaises solutions pour les petits budgets web

Concrètement, ce que je conseille d’éviter :

  • les hébergements gratuits : la qualité laisse à désirer et les contraintes techniques empêchent souvent de tendre vers une solutions pro et performante.
  • les noms de domaines gratuits : soit le nom de domaine est réservé par celui qui « offre le service », soit il s’agit de sous-domaine. Dans les deux cas, vous n’êtes pas chez vous et votre adresse URL peut disparaître à tout moment.
  • les logiciels de création de site : FrontPage a eu son heure de gloire. Ses descendants, Web Acappella ou autres outils similaires donnent une fausse impression de maîtrise et font penser que faire un site ressemble à assembler des blocs un peu comme une brochure sous Publisher. Or, c’est justement tout l’inverse. Le média web a ses propres règles, contraintes et bonnes pratiques et la construction du site en lui même n’est certainement pas l’étape fondamentale qui fait la réussite du projet. En se focalisant sur la construction pratique des pages, la plupart des apprentis webmasters passent complètement à côté de l’essentiel.
  • les sites pour créer son propre site web : Wix, Jimdo, Gandi Sites ou encore 1&1 par exemple proposent des interfaces avec des gabarits que l’on personnalise. Mêmes remarques que pour le point précédent. En se focalisant sur des détails (« je veux un arrondi à mon menu », « je veux une jolie police »), l’essentiel est laissé de côté. Pour ce point particulier et le point précédent, ce n’est pas les outils que j’incrimine (ils peuvent très bien « faire le job » au niveau de qualité souhaité pour un certain public). Mon reproche principal à l’encontre de ces outils est qu’ils font croire que le web est juste de la construction de pages. Ces outils ne permettent ni de poser ni de répondre aux questions fondamentales préalables à la construction : quels besoins, quels objectifs, quelles évolutivité, quelle stratégie ?
  • Tout miser sur les réseaux sociaux : Avoir qu’une page Facebook (c’est à la mode chez les TPE et les magasins) revient à s’enchaîner à un mastodonte avec lequel on ne négocie pas. Et si Facebook décide de changer ses règles de fonctionnement, de faire payer les pages, d’imposer de la pub, de fermer votre page ?

Les bonnes solutions pour les petits budgets web

  • Acheter un hébergement et un nom de domaine : cela permet d’être chez soi et de pouvoir construire sur du solide. Sauf à oublier de renouveler les services pré-cités, le site web sera toujours là dans 5 ou 10 ans. D’un point de vue stratégique, c’est l’assurance de savoir que son investissement est maîtrisé. Si quelque chose doit évoluer, ce sera décidé et non imposé.
  • Prendre conseil auprès d’un pro : il vaut mieux payer 2 heures de conseil, pouvoir discuter avec un prestataire expérimenté et écouter ses avis plutôt que de penser que seul dans son coin on fera mieux. Internet donne un faux sentiment de liberté et de simplicité. La chute n’en est que plus rude.
  • Utiliser des outils simples, répandus et évolutifs : WordPress par exemple est particulièrement indiqué pour ceux qui veulent avoir la main sur le contenu de leur site web. En plus d’être libre et gratuit, il est un des outils phares de conception web aujourd’hui. Pour vous, c’est l’assurance de ne pas être coincé dans un verrou technologique et de pouvoir changer de prestataire facilement le cas échéant. Google Analytics est l’outil de statistiques le plus répandu. Gratuit, il permet d’obtenir des informations poussées permettant de mesurer l’atteinte de ses objectifs (voir le point suivant). Mailchimp est la solution incontournable pour envoyer des newsletters pro qui arrivent à destination.
  • Faire simple mais avec un objectif très précis : une seule page pour collecter des adresses emails ou pour générer des appels téléphoniques par exemple. L’idée n’est pas d’avoir un site vitrine mais d’avoir un outil supplémentaire au service de l’entreprise. Et pour que cet outil soit vraiment efficace, il faut lui donner un vrai but. Une fois ce but formalisé, il « suffit » de décliner le graphisme, le message, la technique de manière à pouvoir :
    • Maximiser les conversions : faire en sorte que le plus possible d’internautes qualifiés fassent l’action désirée.
    • Mesurer efficacement l’objectif : mettre en place un indicateur de suivi qui permet de savoir si l’outil est vraiment pertinent.
  • Décider de ne rien faire : après discussion avec un pro, son conseil sera peut-être d’affecter le budget sur un autre support. Parfois, le web n’est pas la bonne réponse.
Cet article est publié dans : Web et Internet.

2 commentaires pour Petit budget web, quelles priorités ?

  1. Très bon article !
    J’oserais dire qu’avant de viser gros, il faut commencer par avoir une base saine : un site bien construit, bien pensé pour les utilisateurs et bien optimisé pour le SEO.
    Côté génération de trafic, je préconiserais de commencer par le SEA qui offre une souplesse assez large et des budgets qui peuvent être maitrisés.
    Attention tout de même car une campagne de liens sponsorisés mal gérées peut vite tourner à la catastrophe.

    Comme tu le disais Christophe, il vaut mieux se faire accompagner par un professionel plutôt que de foncer tête baissée et se faire avoir par l’apparente simplicité du web.

  2. Kalagan dit

    Très bon sujet, sur un problème qui est assez récurrent quand on cible de spetites entreprises. Pour mes clients et prospects qui ont de faibles budget, je propose également un thème WordPress, minimaliste et évolutif si possible, avec la mise avant de ce qui a de plus important. La « landing-page », le formulaire de contact ou de devis.

    Une autre méthode, très souvent acceptée, consiste à travailler petit à petit sur plusieur mois pour étaler la dépense côté client.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>