Pas de commercial attitré, pas de renseignement

Pour un projet particulier, j’ai été amené à réaliser un comparatif entre différents logiciels métiers plutôt pointus. Après avoir retenu 5 solutions logicielles potentielles, j’entame alors une phase un peu plus poussée de recherche.

Je contacte les éditeurs et demande à tester leur outil et à échanger avec un ingénieur commercial vendeur avec un vernis technique. Jusque là, rien de notable sauf que j’ai dû exclure un des outils qui me semblait pourtant très prometteur pour refus de renseignements.

entreprise qui ne veut pas vendre
Véridique !

Un des éditeurs présente sur son site web son produit. L’ensemble est bien vendu, les textes sont pertinents et centrés sur les besoins de l’utilisateur, les captures d’écran du logiciel sont alléchantes. Je contacte donc cette entreprise.

Comme pour les autres prestataires, je tombe sur un standard. Mais à la différence des autres, la standardiste refuse de me mettre en relation. En effet, incapable de lui indiquer le nom de mon commercial référent, elle ne peut pas faire aboutir mon appel. Comme c’était un premier appel de découverte, je n’avais pas de commercial référent. Je lui ai alors expliqué que j’avais vu leur logiciel sur leur site web promotionnel et que je serai intéressé pour en savoir plus. J’étais un prospect et je voulais tester leur outil et pourquoi pas l’acheter.

Rien n’y fit, la personne au standard n’a pas voulu transmettre mon appel ni prendre mes coordonnées pour un futur rappel. Très aimable, la personne m’a expliqué que le process commercial passait uniquement par une prospection active de la part de l’équipe commercial. Ne sachant quoi répondre, j’ai raccroché et rayé l’outil de ma liste.

Soigner le premier contact

Le téléphone est un des moyens privilégiés de premier contact. Le contact que j’ai eu était rapide, pro et courtois mais complètement déconcertant. Avoir des méthodes de travail, respecter des procédures est important mais refuser un client potentiel parce qu’il n’arrive pas par le bon canal me laisse pantois.

Responsabiliser ses équipes et leur donner un peu d’autonomie aurait peut-être permis de finaliser une vente.

De façon plus générale, le premier contact est fondamental. Lorsque je lis qu’une réponse est apporté sous 24h, je m’attends à avoir un retour dans le délai imparti. Lorsque je vois des horaires d’ouverture, je m’attends à trouver quelqu’un au téléphone lorsque j’appelle dans les créneaux indiqués.

Ce n’est quand même pas si dur de faire une première impression favorable.

Photo : Bryce Johnson

3 thoughts on “Pas de commercial attitré, pas de renseignement”

  1. C’est assez incroyable?!
    Il suffisait à la personne du standard de prendre ton nom et ton numéro de tél, le nom de société, ton budget… et elle filait à son équipe commerciale un prospect ultra-qualifié.

    Tu ne penses pas que tu es tombé sur une plateforme téléphonique externalisé peu performante? J’en connais 😉

  2. Hello,
    Je suis à peu près certain de ne pas être tombé sur une plateforme. Le ton, l’interpellation à la collègue (« et Monique, c’est qui qui s’occupe des nouveaux clients ? c’est Gérard ? »)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *