Les microformats à la rescousse du web

Face à la prolifération des informations sur le web, il devient très dur d’extraire (et surtout d’automatiser) des informations fiables d’une page web. Les microformats ajoutent une couche sémantique à une page web et facilitent ainsi cette tâche.

Explication

Dans le HTML, on peut définir différentes balises ayant une valeur sémantique (h1, p, strong par exemple) par contre il est très difficile de décrire le type d’information présentes au sein d’une page web.
En effet, le robot du moteur de recherche ne comprend pas le sens des mots et c’est la qu’interviennent les micro-formats.

Exemple d’utilisation des micro-formats

<address>
  <p>
   Christophe BENOIT<br/>
   Société Tyseo Axalp<br/>
   06 32 49 62 99<br/>
   <a href="http://www.tyseo.net/">http://www.tyseo.net/</a>
  </p>
</address>

Même exemple avec le marquage microformat hCard :

<address class="vcard">
  <p>
   <span class="fn">Christophe BENOIT</span><br/>
   <span class="org">Société Tyseo Axalp</span><br/>
   <span class="tel">06 32 49 62 99</span><br/>
   <a class="url" href="http://www.tyseo.net/">http://www.tyseo.net/</a>
  </p>
</address>

Utilisation et intérêts

Les microformats utilisent les attributs de classe (comme le CSS, mais la comparaison s’arrête la), rev ou rel et les meta éléments.

Ainsi les outils de recherche, les navigateurs et autres logiciels capables de déchiffrer les microformats sont capables de comprendre un peu mieux le sens du contenu et extraire une carte de visite dans l’exemple sus-mentionné.

Alternatives,  contraintes et mise en place des microformats

Mais alors quid des autres solutions permettant de proposer du « contenu intelligent » basé sur le XML ou le web sémantique (RDF, OWL, SPARQL) ? Et bien les micro-formats sont une solution intermédiaire simple à utiliser. La ou le formattage avancé du web sémantique nécessite un apprentissage spécifique et des outils capable de l’interpréter, les micro-formats sont directement utilisables par le développeur et lisibles par les logiciels du marché. Bien sur, le web sémantique apporte des avancées bien plus importante en terme de compréhension des données, mais à court et moyen terme les microformats sont une solution très élégante.

Malgré ces intérêts, on peut pointer plusieurs critiques à l’encontre des micro-formats :

  • Un manque d’uniformisation
  • Une surcharge des pages
  • Un possible écart par rapport aux standard du web
  • Des problèmes d’accessibilité

Pour info, ce site utilise les microformats suivants :
hcard pour les carnets d’adresse, hatom, xoxo, XFN pour les relations humaines ,

Et si vous souhaitez en savoir plus je vous recommande les excellents liens suivants :

http://microformats.org
http://microformatique.com/

3 réflexions au sujet de « Les microformats à la rescousse du web »

  1. Je voudrais savoir si grâce au microformat il est possible de proposer du contenu en fonction de la région dans laquelle on se trouve. J’ai un site qui fonctionne sur un dossier par région http://www.site.ca/montreal/contenu1, http://www.site.ca/quebec/contenu1 . Les contenu1 sont similaires pratiquement. Pour éviter le duplicate content et proposer un contenu approprié en fonction de l’IP du visiteur est il possible d’utiliser les microformats?? Merci d’avance pour ta réponse et merci pour ton article;-)

  2. Les microformats ne permettront certainement pas d’éviter le contenu dupliqué. Et si ces derniers changent en fonction de la localisation de l’internaute, qu’en pensera le moteur de recherche ? Google n’apprécie d’ailleurs pas que le contenu proposé soit différent entre internautes et moteurs de recherche (cloaking). Ceci dit, s’il existe une plus-value pour l’internaute alors il ne faut pas hésiter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *