MEEL, un site web pour chaque entreprise : bonne idée ?

On a en pas mal entendu parler ces derniers temps, l’opération MEEL permet aux petites entreprises de franchir le pas et de se retrouver sur le net.

L’initiative MEEL est intéressante. Favoriser le développement de l’internet et des communications auprès des entreprises française est une très bonne idée notamment lorsque l’on apprend qu’Internet serait responsable d’1/4 de la croissance en France et cela avec seulement 30% des PME françaises disposant d’un site web mis à jour régulièrement. Pas cocorico, la France fait partie des mauvais élèves européens (21eme sur 27). Et chez les TPE, c’est bien pire…

Les avantages de MEEL en quelques mots

  • Un site web gratuit la première année puis 60 euros/an pour les année suivantes.
  • Un coupon Google Adwords de 100 euros pour faire de la pub chez le moteur de recherche Google
  • Une réduction de 20% sur la box ADSL de SFR la première année.

L’objectif annoncé est d’atteindre les 50000 sites web la première année.

Qui est derrière « Mon Entreprise En Ligne »

Si on se penche un peu plus sur MEEL, on se rend compte que sous le haut patronage du ministère il s’agit d’une banale opération promotionnelle avec pour acteurs principaux :

  • Le dieu Google
  • Oxatis, éditeur de e-boutique
  • SFR
  • EBP
  • OOprint, imprimeur.

Fichiers de prospection d’abord

L’idée derrière cette offre alléchante semble bien de récupérer des clients et d’alimenter des fichiers de prospection. Cela se voit au fur et à mesure des étapes de la création du site (téléphone portable à renseigner pour SFR, email + compte Google obligatoire si on veut profiter de Google Adwords, appel de la part Oxatis, EBP qui va souhaiter vous vendre leur logiciel de compta)

Un tarif honnête mais passable

Les tarifs à partir de la deuxième année, sans être onéreux, ne sont pas bon marché en regard des prestations proposées. Ces dernières sont très verrouillées et un hébergement + nom de domaine chez le premier hébergeur venu est en deça de ce tarif. Et pour certaines options, il faut passer à la caisse (transfert du nom de domaine vers un vrai hébergeur ou boutique en ligne par exemple)

L’hébergement sans contrainte mais limité

Bien sur, lorsque l’entreprise passe par MEEL, elle n’a pas à choisir entre différents hébergeurs, comprendre les termes techniques ni réaliser elle même certaines opérations techniques. Mais elle n’a pas non plus beaucoup de possibilités et l’espace de stockage (50mo) convient uniquement au mini-sites.

Le remplissage du site web

MEEL comprend un système de gestion de contenu permettant de créer les pages de son site. Tout est simple – très simple – et volontairement bridé. Bref, on ne peut pas faire grand chose. En comparaison, un WordPress en tant que CMS est à des années lumières en terme de personnalisation et de fonctionnalités.

Visuellement, je trouve pas ça très beau

Les goûts et les couleurs sont très subjectifs…

Lors de la mise en place d’un site web, les TPE aiment bien l’étape ou l’on définit les caractéristiques visuelles. Là ou le service de conception de sites web PageJaunes construit des sites qui se ressemblent tous (même couleurs, même modules, même emplacements), MEEL de son côté propose de choisir parmi une petite collection de templates (structures toutes prêtes) sortis des années 2000. Bien sur, il est possible de personnaliser ces templates mais à moins de s’y connaître un petit peu (ou plutôt un bon peu) en graphisme, on risque de se retrouver avec un site encore moins adapté qui va nuire à l’entreprise plutôt que de la mettre en avant.

Alors autant miser sur la sécurité et opter pour un des templates proposés – et se retrouver avec plusieurs centaines d’autres sites sur la toile française disposant du même design.

On vous aide mais rester chez nous !

L’humilité ne semble pas être une des caractéristiques des entreprises derrière cette offre car si vous souhaitez de l’aide ou en savoir plus, ils proposent de vous renvoyer vers leurs propres sites.

Vous souhaitez promouvoir votre site ? N’importe quel conseil éclairé et honnête vous suggérerai de rencontrer un référenceur ou une agence web pour vous épauler dans votre stratégie web. MEEL de son côté vous conseille l’aide de Google Adwords. Oui, la publicité en ligne est un des vecteurs de promotion et de visibilité sur Internet mais c’est loin d’être le seul : affiliation, médias sociaux, référencement naturel, emailing et j’en passe. Masquer toutes ces autres sources de trafic ne me semble pas être très judicieux ni très respectueux envers les usagers du service.

Des conditions d’utilisation à l’avantage de MEEL

Les CGUs indiquent que l’entreprise doit adhérer aux CGUs de Google, SFR et Oxatis et que ces dernières peuvent changer sans préavis. En clair, si MEEL décide de supprimer le service ou de le modifier sans vous prévenir, c’est possible.

MEEL, c’est pour qui alors ?

Mon Entreprise En Ligne est idéal pour :

  • ceux qui n’ont pas vu les offres similaires d’Orange (Site express Pro), de Microsoft (Office 365) et des hébergeurs / registrar (Gandi et 1&1 font cela)
  • ceux qui ont un très faible budget
  • ceux qui ne veulent qu’un .fr
  • ceux qui veulent un site tout de suite
  • ceux qui ne souhaitent pas faire évoluer leur site web
  • ceux qui n’attendent pas de grands retours de leur site web
  • ceux qui ne sont pas gênés par un site web « copié-collé » et pas vraiment pointu.

Et les agences web dans tout ça ?

Les agence web, je ne sais pas mais pour mon activité de création de sites web avec Tyseo, je ne considère pas du tout MEEL comme un concurrent car :

  • Pas sur la même cible / même créneau : à 60 euros/mois, nous ne rivalisons pas. Le ticket d’entrée pour une vraie compréhension du besoin client et un travail sur mesure ne permet pas ces tarifs là.
  • Cette opération MEEL est certainement une bonne chose pour les webagencies car au bout d’un an, certaines des entreprises ayant goutées au net via MEEL auront besoin de sur mesure et se tourneront vers les agences.

Des questions ? Des points à préciser ? Et vous que pensez-vous de MEEL ?

13 réflexions au sujet de « MEEL, un site web pour chaque entreprise : bonne idée ? »

  1. Bonjour,

    Sensiblement la même analyse au sujet de MEEL. À noter : pour les quitter en gardant son nom de domaine : 30€ !

    Sinon, en plus de fournir un service « classique » de création de sites web (avec SPIP), je suis en train de lancer Graine2Web (http://www.graine2web.com/) avec comme originalité de s’adresser d’abord aux réfractaires de l’informatique en allant jusqu’à écrire et mettre en place le contenu pour eux.

  2. Bonjour,

    J’approuve également cette analyse.

    J’ajouterais toutefois que cette offre qui n’est pas porteuse de valeur ajoutée pour les TPE PME PMI, ne fera que contribuer à les décourager d’un bon usage du web compte tenu des résultats qu’elles obtiendront avec ce genre de coquilles vides.

    Si l’objectif était de leur permettre un accès à la toile, le résultat sera contraire, et en ce sens, je considère cette offre comme étant nuisible à cette population d’entreprises.

    En revanche, j’invite les intéressés à prendre connaissance de la solution Graine2Web.com développée sous SPIP, et associée à des services rédactionnels.

    J’ai la conviction qu’il s’agit d’une rampe d’accès durable pour les petites entreprises car elle est pédagogique, intelligente, économique et totalement évolutive.

    La propulsion SPIP et l’accès à une écriture qualitative permet aux sites Graine2Web de bénéficier d’un référencement naturel surprenant.

  3. C’est le second article sur l’offre « Mon Entreprise en ligne » que je lis et force est de constater que la conclusion est approximativement la même.

    Le seul réel avantage que je vois pour les entrepreneurs est de pouvoir réaliser un test du potentiel d’adwords pour leur site, même si avec un budget de 100€ il va être difficile de se faire une idée.

    Et puis, la rentabilité d’un site web n’est-elle pas déjà assez dépendante de Google pour ne pas en plus le choisir comme hébergeur ?

  4. @Miliweb : 100 euros en Adwords ne permettent certainement pas de se faire une idée du potentiel d’un mot clé. Il faut, selon moi, bien plus de données pour générer des stats non biaisées.

  5. Je ne connaissais pas du tout ce concept. Je le trouve bon dans l’idée, mais bien sûr, la perfection n’est pas de ce monde.

    Et je suis d’accord avec toi Christophe. 100€ de mots-clé c’est trop peu pour voir les retombées ou avoir le temps d’obtenir un positionnement efficace.

    Enfin, dans les CGU, on apprend que Google, Oxatis et SFR pourront partager nos données persos avec « des tiers de confiance impliqués dans MON ENTREPRISE EN LIGNE ». Ce que je ne trouve pas très rassurant…

  6. Je ne connaissais pas cette initiative (commerciale) pour les entreprises. Même si je trouve l’idée relativement intéressante pour les enteprises qui démarrent et qui n’on peut-être pas suffisement de fonds pour une vitrine sur Internet, cette offre ressemble beaucoup à ce que Orange alias France télécom proposait déjà et en général, au prix proposé, les services sont plus que minimums…

    Merci en tout cas de cet article détaillant bien cette offre et bravo pour votre blog et son contenu 😉

  7. Je partage globalement les avis sur MEEL. Pour beaucoup d’entreprises, cela risque d’être contre-productif.

    Avoir un site web, c’est bien mais il faut pouvoir y mettre des contenus, attirer des visiteurs, les convertir… Dans le web d’aujourd’hui, je doute que des non-initiés parviennent à des résultats avec leur site et je pense qu’ils vont rapidement se décourager.

    Ceci aura pour effet, soit de les rediriger vers des agences car ils auront compris qu’il faut faire appel à des professionnels pour leur stratégie web, soit de leur faire quitter définitivement le web peu convaincu de son potentiel.

    Et puis c’est surtout une opération de communication car il existait déjà des plateformes gratuites ou à petit budget pour créer des sites du type Google Sites.

  8. Comme pour beaucoup, je viens aussi d’apprendre de cette initiative pour permettre à toutes les entreprises de se lancer sur Internet.

    On sait qu’aujourd’hui, Internet est vital pour de nombreuses entreprises. C’est quasi une obligation d’être présent dessus. Ainsi, je pense qu’il est bien de faciliter un accès à tout le monde.

    Pour avoir peu d’informations dessus, à part celles que tu donnes, je ne peux pas me faire réellement un avis dessus. Par contre, on peut tout de même saluer l’initiative.

  9. Je suis contre l’alliance contre nature et contre productive d’entreprises à but lucratives pour promouvoir « internet » dans les TPE/PME.

    Bref,un piège pour les débutants…

  10. Salut,
    J’avais déjà vaguement entendu parlé ce cette initiative. Suite à ta synthèse, je ne pense pas que ce soit un super produit. A quoi bon être sur le net, si on obtient aucune retombée ? Grâce à cet article j’ai une idée plus précise du produit, et je pense que finalement il est préférable d’avoir le budget nécessaire pour lancer son site internet.

  11. Il est vrai que les entreprises françaises sont un peu à la traîne concernant l’internet et qu’il y a eu des abus aussi mais tant que la création de site internet sera une compétence partagé entre publicitaire, designer et informaticien et non un métier à part (vrai code naf etc….) les choses resteront flous.
    Quand une agence crée un site internet c’est en réalité un ensemble de services, le conseil, le site, la formation mais aussi l’intégration de tous les contenus etc. Fournir un outil de type cms qui permet de réaliser soit même un site c’est une autre prestation. Je ne suis pas d’accord sur le fait que les agences n’ont aucun soucis à se faire. L’expression « créer un site internet » reste un concept flou pour les clients et l’utilisation de celle ci pour n’importe quel type d’offre donne l’image d’un métier facile et brouille les pistes. Quand des grands groupes comme google proposent des sites gratuits alors que les agences web sont leurs meilleurs clients il y a aussi une contradiction.
    Je ne comprend pas la mention « sous le patronage du ministère de l’économie et des finances », cela veut-il dire que cette offre commerciale est soutenu par l’état?

  12. « sous le patronage du ministère de l’économie et des finances » veut dire que le ministère concerné encourage les TPME à franchir le pas du numérique en s’offrant un site web. L’idée est louable quand on sait que seul 40% des petites entreprises françaises sont sur le web. La mise en oeuvre est par contre assez déroutante, je ne peux qu’abonder en ce sens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *