Ce qui fait fuir l’internaute d’un site web

Au cours de nos balades sur le web, on trouve des pépites et des boulets. Petite liste de toutes ces choses qui énervent et qui mériteraient d’être un peu moins visible sur le web.

Site refusant de fonctionner suivant la configuration de l’internaute

Ryanair exige Silverlight pour fonctionner. Impossible de réserver avec KLM si on utilise Google Chrome. Windows Update ne fonctionne pas avec certains navigateurs. Voici quelques exemples qui énervent les utilisateurs de niveau avancé et qui laissent complètement désemparés les utilisateurs moins à l’aise avec les ordinateurs.

Son en lecture automatique

Classique du début des années 2000, le son qui se lance automatiquement à l’arrivée d’une page web est un cas typique de mauvaise pratique. On n’impose pas à l’internaute du son sur SON ordinateur. On peut proposer un accompagnement musical mais il faut que l’internaute lui même en fasse la demande (en cliquant sur un petit bouton Lecture n’est-ce pas).

Malus supplémentaire au site qui impose le son en lecture automatique à chaque changement de page et n’enregistre pas la préférence de l’internaute de ne pas entendre de son.

Mis à jour le 3 avril 2004

Autant il est intéressant de montrer que le site web est vivant aux internautes avec une section blog/actualités avec les titres et la date des news qui remontent sur la première page, autant lorsque le site n’est pas mis à jour cela équivaut à se tirer une balle dans le pied. Qui a envie de travailler avec une structure qui néglige son site au point de ne pas le mettre à jour (ou au pire qui ne prend pas le temps de supprimer les dates des actus) ?

Blabla commercial

Dans le cas particulier de cette rigueur de ces derniers temps, il faut appréhender certaines issues draconiennes, avec beaucoup de recul. Compte tenu de l’ambiance contemporaine, il ne faut pas négliger d’avoir à l’esprit la majorité des alternatives s’offrant à nous, pour longtemps. Vu cette inflexion générale, il convient de prendre en considération la somme des ouvertures réalisables, très attentativement. (voir Pipotron ici et la)

Lorsque l’on écrit sur le web, ce n’est pas pour SE faire plaisir ni épater la direction, c’est pour être lu par de vrais internautes, des clients potentiels… Alors le blabla commercial, les phrases alambiquées, les mots savants ou à la mode, on laisse tomber et on écrit dans le langage qu’utilise sa clientèle.

Contraste difficile / explosion de couleurs

Ok il en faut pour tous les goût mais il existe des règles de base en conception web. Il existe tout en tas de couleurs qui se marient bien entre elles, pourquoi vouloir mettre du violet, du vert, du rouge et du bleu ensemble ? À l’autre extrémité, les textes blanc sur fond gris clair souligné par un liseret gris un peu moins clair rendent peut être très bien sur le Mac calibré du graphiste mais chez Monsieur et Madame tout le monde, on ne voit plus rien du tout.

Ascenseur horizontal

Tout le monde n’a pas encore d’écran 16:9 ni d’écran ultra large. On peut raisonnablement penser que le 800*600 a fait son temps (à confronter tout de même avec vos stats Google Analytics / Xiti / ce que vous voulez) mais le site avec une largeur de 1200 c’est un peu trop et terriblement énervant car la barre de défilement horizontale, c’est vraiment pas agréable à utiliser.

Des temps de chargement longs

Un site rapide c’est bien pour le référencement et pour les internautes. Alors on évite de charger 10 fichiers JS (dont 2 fois la même bibliothèque) et on optimise la vitesse de l’ensemble (YSlow)

Avoir des choses à dire

Si ce que vous avez à dire est moins intéressant que le silence, autant ne pas le dire. Il vaut mieux un site web simple de 10 pages utiles plutôt que 25 pages de redites / de reformulations / de circonvolutions…

Un peu trop d’animations

Il n’y a pas que la pub qui clignote et bouge dans tous les sens. Les effets javascripts, le hover dégradé, les boutons liquides, le menu lavalamp, les fondus-enchainés, le pavé qui bouge en même temps que le scroll, le nuage de tags en 3D, le diaporama aux transitions complexes, la fausse popup qui se déplace et se rétracte et fait bouger tout le site… autant d’astuces visuelles qui méritent d’être utilisé à bon escient et surtout pas toutes en même temps.

Un contenu divisé sur 10 pages

Très énervant de devoir utiliser une pagination pour lire un article découpé en 10 mini pages de 10 lignes chacunes. Ok pour l’optimisation SEO, la longue traîne et tout le tralala mais penser à l’internaute c’est pas mal non plus.

Page d’accueil

Marre des superbes animations flash impossible à passer en page d’accueil. 30 secondes d’animations inutiles, néfastes pour le SEO et pour l’accessibilité qui énervent l’internaute. Les sites full flash sont eux aussi en voie de disparition et c’est tant mieux. Les contrôles flash, différents des contrôles de l’OS, perturbe l’utilisateur, l’impression et le copier/coller sont aléatoires et le bouton « retour arrière » ramène beaucoup trop loin en arrière. Heureusement, on en voit de moins en moins.

Écrire avec des fote do’rtogaphhes

Même si laisser quelques fautes peut montrer à certains internautes que le webmaster est lui aussi un humain faillible, similaire à n’importe qui et donc potentiellement attachant, ce n’est pas une raison pour ne pas être scrupuleux sur la qualité de ce qui est produit. Se relire à tête reposé et disposer d’un bon dico à portée de main n’est quand même pas bien dur (je l’ai utilisé déjà 2 fois depuis le début de cet article. J’espère qu’il n’y aura pas d’énormes coquilles…)

Pas de présentation

Et que penser des sites web sans mentions légales ni page de présentation et encore moins de page de contact ? Et si en plus le Whois est masqué, c’est le pompon. Être sur le web, c’est faire de la communication. Alors pourquoi faire un site web si c’est pour ne surtout pas être contacté ou identifié ?

Une navigation non homogène

Se retrouver perdu sur un site web parceque la navigation est complexe est un bon moyen de faire fuir l’internaute. Idéalement, c’est le même menu que l’on retrouve sur toutes les pages du site avec des alternatives à la navigation si le contenu est dense (recherche, filtres, mots clés…)

L’horreur du vide

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. Le vide, les espaces, les aplats de couleurs peuvent facilement définir une grille / trame visuelle et agencer harmonieusement les différents blocs composant le site web (menu, médias, texte). Pourquoi vouloir combler le moindre espace vide ? On n’est pas sur du papier journal ou il faut noircir absolument chaque zone blanche…

Uniquement de la vidéo

La vidéo c’est bien mais le texte c’est encore mieux. Il peut être très agréable de se laisser porter par une vidéo de présentation. Mais parfois, on a pas le temps, pas envie et on souhaite aller directement à ce qui nous intéresse. Dans ces cas là, la vidéo est fatigante. Pour être tip top en référencement et plaire à tous les utilisateurs, le webmaster consciencieux publiera la vidéo et la transcription en dessous afin que chacun trouve son bonheur.

Je suis sur que j’en ai oublié. À vos commentaires pour agrémenter cette liste, hélas, incomplète

15 réflexions au sujet de « Ce qui fait fuir l’internaute d’un site web »

  1. Bah je pense pas que tu aies dû oublier grand chose, car c’est déjà une sacré liste.

    Je ne sais pas si on peut rajouter: le site qui est une copie de la copie, … d’un site.

  2. Beau florilège de pratiques à éviter et des défauts à combattre. Ce qui me fait fuir également, ce sont les splash screen en flash, inutiles et longs à charger, ou, pire, les pubs en pop-up intrusives.
    En 2011, on a parfois l’impression d’être en 2000…

  3. Bon résumé de ce qu’on peut encore malheureusement trouver sur internet. Ce qui me fait fuir personnelement: chercher ce que je veux plus de 5 secondes et ne pas le trouver, les MFA, les pubs à outrance, les sites qui ne se chargent pas et les sites en flash 🙂

  4. Le pipotron est une pépite, j’ai l’impression que les politiques s’en servent pour nous parler…Aujourd’hui, j’ai horreur des sites en flash, tellement longs..;et tellement d’agences le proposent

  5. Je suis tout à fait d’accord des erreurs à ne pas commettre, mais il plus facile de corriger ses erreurs après les avoir sous les yeux ou qu’une âme charitable nous les désigne. Le pire est ensuite d’attendre que la modification soit réalisée par son programmeur. En fait, il faut un peu de défaut pour laisser apparaitre la quasi perfection des choses, pas comme une verrue sur le nez la princesse mais un petit quelque chose montrant que l’on est arrivé « là » en travaillant. Ensuite avec le temps et les choses qui évoluent on commence à bricoler pour moderniser…

  6. Merci à toi de m’avoir fait découvrir le Pipotron, qui va à présent m’aider à communiquer avec mes semblables ! Les intros interminables en flash sont en effet ce qu’il a de pire, surtout qu’elles coûtent chères !

  7. Héhé, je suis d’accord avec tout ce que tu as dit, même si je suis à peu près certain qu’on pourrait ajouter des dizaines d’autres points non conformes aux règles basiques d’ergonomie et d’accessibilité que l’on trouve régulièrement sur le web…

    Comme, par exemple, les images en trop haute définition qui se chargent en deux minutes même avec la fibre 😀

  8. Et bien on peut dire que tu as particulièrement été complet sur le sujet ! Il y a tellement d’éléments qui sont repoussants sur de nombreux sites web aujourd’hui. Ce n’est pas une tâche facile que de tous les réunir en un article bien concis, donc joli travail 😉

    Pour ma part, je n’apprécie vraiment pas les sites lents, moches, pleins de publicités, ce sont les premiers éléments qui me viennent à l’esprit lorsque je pense à un site « chiant » et « mal conçu ».

  9. C’est vrai que ça résume plutôt bien la plupart des cas où je quitte un site web déçu voir énervé. Heureusement ce n’est pas forcément très courant que ces défauts soit poussé à l’extrême.

  10. Bonjour à tous,
    A mon avis un site internet doit être de plus en plus simple possible et présente le maximum d’informations relatifs au sujet principale du site. Je prend toujours l’exemple de Google et sa simplicité contre Yahoo avec son design attractif et ces informations avec un minimum de trafic et d’efficacité que Google en tant que moteur de recherche.

  11. Ce qui fait fuir un utilisateur ? Un site qui n’est pas fait pour lui avec des contenus optimisés SEO façon années 2000.
    Ce qui est important c’est la clarté, les espaces vides, l’aspect visuel et surtout la mise en avant rapides des infos importantes.

  12. ce qui est triste, c’est que de nombreux « pseudos » professionnels mettent en ligne des sites bourrés de ces petites choses très énervantes.
    le TOP3 de ce qui me fait fuir: le temps de chargement, les pubs, la musique automatique.

  13. Ce qui est intéressant aussi, c’est que la recherche de simplicité n’est pas une règle partout.
    En Chine par exemple, un site avec beaucoup d’espaces vides est vu comme un site amateur et les sites les plus populaires sont extrêmement chargés.
    C’est culturel et lié à leur écriture il me semble…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *