Explications sur la pyramide du référencement


pyramide du référencement
Pyramide du référencement

Suite à plusieurs demandes de lecteurs, voici un petit dico pour expliquer certaines termes techniques abscons que l’on retrouve sur la pyramide SEO. Si d’autres termes ont besoin d’être expliqués, merci de m’en faire part en commentaires.

URL Rewriting : système automatisé permettant de fournir à l’internaute et aux crawlers des adresses de pages web propres et intégrant des mots clés.
http://www.monsite.com/affichparam.php?id=123&cat=18&tag=852 devient ainsi http://www.monsite.com/ma-categorie/mon-produit

Gestion du duplicate content et canonicalization : http://www.monsite.com, http://monsite.com, http://www.monsite.com/index.php pointent vers le même contenu et les crawlers ne s’en rendent pas forcément compte. Ils voient donc 3 URLs avec le même contenu. La canonicalization est l’opération technique qui permet de ne rendre visible qu’une seule page.

Uptime et temps de chargement : Tout simplement le temps ou le serveur sert les pages du site aux internautes et aux robots. Plus un serveur sert rapidement les pages, moins il y aura d’erreurs de crawls. Google pousse à avoir des sites rapides (voir le pas si récent mais récent quand même graphique dédié dans la console webmaster de Google !)

Linkjuice : répartition du référencement entre les pages. Très simplement, cela peut être la diffusion du célèbre et controversé PageRank. Avec une page d’accueil ayant un PR donné et 4 liens sur cette page, on peut imaginer grossièrement que le PR se divisera en 4 et que chaque page liée bénéficiera ainsi d’1/4 du poids de référencement de la page d’accueil. Ce qui nous mène au point suivant…

PRSculpting, bot herding et gestion du linkjuice : Méthode contestée, le PR Sculpting permet de jouer avec le linkjuice qui parcourt les différentes pages d’un site. L’idée étant de refuser de distribuer de la puissance de référencement aux pages pauvres ou inintéressantes pour les SERPs : les pages de credits, de mentions légales, la page contact (utile pour l’internaute mais pas forcément pour le robot…), les pages de création et d’accès à un espace membre… Pour réaliser cela, on peut utiliser des liens ne transmettant pas le référencement – JS, flash, nofollow dans une certaine mesure.

Siloing : Dérivée des méthodes de gestion de linkjuice, le siloing permet à la manière d’un silo de diriger le moteur de recherche suivant un chemin bien défini. Imaginons que nous ayons une boutique ecommerce vendant des skates. On aura différentes catégories de produits sur notre site. On peut verrouiller la navigation du robot à l’intérieur d’une rubrique afin qu’il ne s’en aille pas dans une autre catégorie (une fois rentré dans la rubrique des planches de skate, le robot n’a plus d’autres choix que de voir tous les produits de type planche de skateboard et ne peut plus basculer vers les rubriques skateshoes, protections ou roulements par exemple). L’avantage est double : favoriser un crawl plus profond à l’intérieur du site et restreindre le champ sémantique afin de permettre au crawler de mieux « comprendre » de quoi parle les pages de la catégorie.

Linkgraph : Notion abstraite représentant une vision d’ensemble des liens obtenus pour un site. Le linkgraph mesure le rythme d’acquisition des liens à travers les mois et les caractéristiques de chacun d’entre eux (age, nombre, ancre, dofollow – nofollow, poids et confiance de la page émettant le lien). L’idée est d’obtenir un linkgraph meilleur que ses concurrents tout en restant proche des autres acteurs de son secteur. Si on sort de la moyenne, les outils de recherche ont certainement développé (et là je ne peux qu’imaginer…) des alertes qui repèrent les profils de sites sortant des clous et leur appliquant des pénalités / filtres automatiques / intervention humaine.

Linkbait : Technique d’acquisition de liens simple (en théorie) basée sur le principe suivant : créer un contenu « Wahou » que l’internaute et les autres webmasters rêveront de partager et s’empresseront de publier sur leurs sites avec un joli lien vers l’auteur original. Cette technique marche bien avec les livres blancs, les articles de fond ou les publications polémiques, les infographies et le vidéos virales.

Linkninja : Tout l’inverse du linkeur spammeur bourrin publiant des commentaires en masse de façon automatisée. La technique du link-ninja c’est de passer pas mal de temps à dénicher une page parfaite, passer du temps à étudier le site stockant la page que l’on a dénichée. Passer du temps à trouver le meilleur angle d’approche pour que, lorsque l’on contacte le webmaster, ce dernier puisse difficilement refuser notre proposition de lien.

Toujours pas assez clair ? Dites le en commentaires !

11 réflexions au sujet de « Explications sur la pyramide du référencement »

  1. En fait ça en fait du boulot ! Mais je ovis que si l’on souhaites faire un référencement correct il faut une base solide et ça comment par un site et donc un code claire et une prise en compte des règles élémentaires du html !

  2. Une pyramide très complète (hop dans les favoris). Oui comme tu le dis cela représente beaucoup de travail pour le référenceur, il faut travailler tout cela sur le long terme pour avoir d’excellents résultats.

  3. Bonjour,
    Merci pour ce post et pour ces descriptions de diverses pratiques de référencement. Concernant le Linkbait, c’est un superbe concept difficile en réalité à mettre en œuvre. Effectivement cela fonctionne pour les publications polémiques mais cela fonctionne moins bien sur des articles de fond.
    Au sujet du
    Linkgraph, nous y avions consacré un article : « …Les moteurs de recherche détectent relativement rapidement l’apparition ou la disparition d’un lien créé vers un site…. ».
    Bonne continuation

  4. Merci pour toutes ces explications!
    Avec en plus cette pyramide, on a vraiment une vision globale du referencement et de sa complexité.

    PS: je ne savais pas qu’il existait le terme « linkninja », même si je connaissais cette pratique 😉

  5. Ça fait longtemps que je cherchais quelque chose comme ça !
    Genre « fil d’Ariane ».
    Dommage qu’on ne puisse pas l’imprimer 🙁
    A moins que…

  6. Bon, au moins, là, je crois que tout est dit 😀

    bonne synthèse de ce qu’il est possible de faire en SEO..
    Si seulement les clients pouvaient lire ce genre d’article avant le premier rendez vous, tout serait plus simple. Et il arrêteraient en plus de se faire entub** par des offres justes sidérantes.

  7. Cette pyramide est intéressante et pourrait être appliquée à bien d’autres domaines, y compris dans le linking mais c’est un autre débat 😉
    Merci en tout cas pour ce post toujours d’actualité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *